Comment gagner l’indépendance financière ?

indépendance financière

Dans cette série d’articles liés au fait de se constituer un patrimoine immobilier, je ne pouvais pas ne pas évoquer le thème plus générale de l’indépendance financière.

Si celui-ci n’est pas nécessairement en lien unique avec l’immobilier, il se trouve que les investissements locatifs peuvent être une belle composante de cette fameuse indépendance.

Tout le monde en rêve, beaucoup ont l’impression que être libre financièrement n’est accessible que pour les autres mais au fond, qu’en est-il vraiment ?

1- Définition de l’indépendance financière

Partons du principe que le fait de devenir indépendant financièrement veuille dire que des revenus, des rentes tombent chaque jour, chaque semaine et chaque mois sur votre compte en banque indépendamment de votre temps passé pour les gagner.

En clair, vous avez des retombées d’argent sans échanger votre temps contre cet argent justement.

Ces revenus, tout frais déduits doivent vous permettre de vivre sereinement, comme vous l’entendez, sans manque particulier au quotidien.

Il faudrait rajouter à cette “définition de l’indépendance financière” le fait d’avoir des revenus plus ou moins automatisés. L’idéal étant de gagner de l’argent même lorsqu’on dort ou que l’on fait une autre activité autre que celle qui permet de gagner de l’argent.

2- L’indépendance financière et vous ?

L’indépendance financière raisonne comme un mythe en France et ailleurs bien sur. Pour beaucoup, il s’agit de toucher des rentes sans “travailler”. Beaucoup ne voient que le résultat final sans imaginer les efforts à mettre en place.

C’est en ce sens qu’ils font de graves erreurs en ne croyant pas que ce n’est pas possible d’atteindre cette fameuse liberté temporelle.

Il faut donc commencer par percevoir les choses à mettre en place et définir des objectifs réalistes, réalisables.

Tout dépendra de vous, de votre motivation et de vos stratégies (immobilières par exemple).

Si vous n’êtes pas encore à ce stade de persuasion, il faudra commencer par balayer les fausses croyances limitantes qui vous empêchent d’avancer. Ensuite seulement, vous pourrez définir de vrais objectifs.

Les mises en place viendront ensuite et la détermination prendra le relais au bon moment. N’oubliez jamais que vos croyances vont vous permettre de mettre en place les processus nécessaires à toute indépendance financière.

Le schéma pourrait se résumer vulgairement à :

Croyances ++ –> Mises en place –> échecs mesurés –> nouvelles actions adaptées de l’échec –> détermination avec réflexion –> échecs mesurés –> adaptation et détermination –> réitération –> résultats ++ et automatisation.

C’est un schéma très succinct. Il a pour unique but de mettre en avant qu’une fois les fausses croyances balayées, il existe tout un processus avant d’obtenir de beaux résultats.

Mais de mon côté, je trouve que le jeu en vaut largement la chandelle même si je n’ai pas encore atteins les dernières étapes.

3- L’indépendance financière se calcule

L’indépendance financière se calcule, c’est à dire qu’elle se réfléchit et s’anticipe pour se fixer de vrais objectifs.

Ils doivent être atteignables, mesurables, réalisables et quantifiables.

Ces facteurs auront une grande importance pour maintenir une détermination hors pair. Après tout, il a déjà fallu du temps pour faire “sauter” les fausses croyances, il serait quand même dommage de ne pas entretenir le travail effectué.

3-1 Des objectifs atteignables et réalisables

Atteignables : l’idée est de trouver le point d’optimisation entre ce qu’il est possible de faire et ce qu’il va être difficile de réaliser. On ne peut pas se fixer des objectifs trop bas mais pas non plus trop durs à obtenir.

En éducation, on appelle ceci la zone proximale de développement. L’exercice doit être suffisamment difficile pour solliciter le travail cognitif motivé du jeune tout en n’étant pas inatteignable pour ne pas le dégoutter.

Vous remarquez que pour solliciter le travail du jeune, il y aura toujours quelqu’un à côté pour le booster. Pour nous, c’est pareil, c’est exactement le rôle de l’entourage qui réfléchit comme nous.

Les investisseurs immobiliers ou autres seront là pour aider à passer le cap, malgré la difficulté.

3-2 Des objectifs mesurables et quantifiables

Sur la route de l’indépendance financière ou sur celle de rentier immobilier (cela peut aller de pair bien évidemment), il faudra être en mesure de percevoir les progrès réalisés tout comme les erreurs commises (pour les perfectionner).

La mesure en termes de qualité et de quantité aura une incidence déterminante sur la motivation et sur les avancées avec progrès.

En immobilier par exemple, il est très important de « se poser » à un moment donné et faire de vrais états des lieux. Les achats immobiliers, la rentabilité, le compte bancaire de plus en plus étoffé sont autant d’indicateurs permettant de mesurer les réelles avancées.

N’oublions jamais de regarder le nombre de personnes de confiance avec qui nous avons avancé. On passe souvent de zéro à plusieurs dizaines en quelques mois parfois. Cet entourage fait parti des aspects à mesurer pour ne pas perdre de vue la valeur positive des progrès effectués.

4- Le lien avec l’immobilier

Est-ce qu’on peut lier le terme de l’indépendance financière uniquement avec les rentes immobilières ?

4-1 L’immobilier et le mental

immobilier et indépendance financièreOui ! Bien sûr, et ce n’est pas parce qu’on a acquis une certaine liberté financière grâce à l’immobilier que toutes les activités autour doivent s’arrêter : au contraire !

Souvent les accélérations dans les avancées immobilières permettent de se forger un mental de battant.

Ce « changement » de caractère ou plutôt le développement de certains aspects de celui-ci fait qu’on entreprend dans d’autres domaines.

Après mes divers investissements immobiliers et dans le monde des mobil home, j’ai eu envie de créer ma propre entreprise, c’est devenu comme une évidence.

N’en déplaise à ceux qui pensent que les formateurs ne sont pas de vrais rentiers ! Ils doivent penser que nous n’avons pas cravaché de la même manière qu’eux ou alors qu’ils sont les seuls sur terre à pouvoir accompagner les néo-investisseurs, ces discours resteront toujours un mystère…

Les investissements immobiliers permettent donc un développement du MINDSET, du mental, d’un état d’esprit.

Et pour être encore plus terre à terre, ces investissements permettent le développement d’une trésorerie sous certaines conditions qui doit engager sur la route de l’indépendance financière si c’est un choix de la part de l’investisseur.

4-2 Le cash flow : critère important pour l’indépendance financière

Pour lier l’immobilier à l’indépendance financière, il est évident que ce type d’investissement doit permettre de gagner de l’argent tout de suite.

Sans ce gain d’argent, aucune chance de devenir libre financièrement et donc de son temps.

Pour ceci, les investissements immobiliers doivent être réalisés méthodiquement avec des objectifs mathématiques clairs. Cela n’empêche en rien de réaliser les investissements en des lieux réfléchis sans être obligé d’acheter des appartements à Paris, à Bordeaux ou encore à Lyon.

Le cash flow, le surplus d’argent net mensuel doit donc exister lors des investissements immobiliers. Il doit lui aussi être pensé pour la suite du parcours.

5- Bien utiliser le cash flow

cash flow et indépendance financière.Gagner de l’argent grâce aux investissements locatifs, c’est bien ! Le gagner en toute sérénité et optimiser le cash-flow, c’est encore mieux !

Comme je l’ai précisé dans un article précédent (comment vivre de l’investissement locatif ? Voir en bas de la page), le cash flow doit être réfléchi.

Lorsqu’on loue en meublé, il est important de prévoir une trésorerie de sécurité. Cela signifie qu’il serait trop risqué de vivre avec 100% du cash flow net chaque mois.

De mon côté, j’ai opté pour une solution d’utilisation simple du cash flow chaque mois :

-50% du cash flow reste sur un compte disponible tous les jours, un compte sécurité en quelque sorte
-50% du cash travaille grâce aux intérêts composés. Il serait dommage que l’argent ne continue pas à travailler chaque jour.

Conclusion

L’indépendance financière pourrait donc  se résumer au fait d’obtenir de l’argent en ayant créé un système permettant de se dégager un temps libre considérable.

Evidemment, cette mise en place nécessite de la réflexion et de se libérer de fausses croyances que l’on nous enseigne depuis des dizaines d’années.

Evidemment, même si on passe le cap des croyances limitantes, la mise en place du système nécessite quelques tracas et un travail important.

Une chose est sure : si l’objectif est de se dégager du temps pour faire ce qui plaît, il ne faut plus échanger son propre temps contre l’argent. Il faut imaginer, sans réinventer la roue, des mises en place permettant de gagner de l’argent chaque mois sans que cela dépende d’un quotidien dédié au travail.

L’investissement locatif intelligent et réfléchi est une solution. S’il est bien pensé, il peut permettre de dégager de belles trésoreries chaque mois tout en accentuant le côté sérénité.

Prenons l’exemple simple d’un de mes immeubles :

Il me coûte chaque mois (remboursements, assurance, entretien mensuel, taxe foncière…) 1011 euros.

Il me rapporte également 1 750 euros en moyenne.

Chaque mois, l’excédent de trésorerie est donc de 739 euros soit 369 euros en compte sécurité et 370 euros qui travaillent…

A très bientôt

Yann


Pour en savoir plus sur le thème de se constituer un patrimoine

Achats de biens immobiliers étapes par étapes
Cash Flow, localisation idéale ou les deux ?
Comment maîtriser les risques en immobilier ?
Comment vivre de l’immobilier locatif ? Comment devenir rentier ?
Quel est le meilleur investissement immobilier ?


Mots clés : indépendance financière – indépendance financière et immobilier meublé

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Recevez gratuitement mon livre " 9 étapes  pour acheter, meubler et louer une bonne affaire "

"En remplissant ce formulaire, j’accepte de recevoir les informations et offres commerciales de « Meublé Pas à Pas » 

x